Chapitre 23

Assis dans son laboratoire, le boulanger est très fatigué.
La porte s’ouvre comme un coup de canon. La boulangère entre en courant. Le boulanger lui dit que ce ne sont pas des manières. Qu’elle lui a fait peur. Qu’il a travaillé toute la nuit et qu’il est très fatigué. La boulangère le regarde, on dirait qu’elle va exploser. Ah ça oui ! Il a travaillé toute la nuit, c’est sûr. Il a dû passer des heures pour inventer ses nouvelles recettes : la tarte aux pommes et au gruyère ! Le chocolat au jambon ! La tomate dans la sauce pâtissière ! Et de la moutarde sur la tarte au citron ! Est-ce que le boulanger fait une nouvelle EXPÉRIENCE ? Est-ce qu’il veut faire fuir tous les clients ?

Le boulanger a l’air très étonné. Il dit que c’est la boulangère qui a un problème : elle devrait remonter, reprendre sa place derrière le comptoir et servir les clients, JUSTEMENT. Alors, la boulangère, on dirait vraiment qu’elle va exploser, la boulangère remonte les marches en courant. Elle prend une assiette. Dessus, elle dépose un éclair au chocolat-jambon, une quiche pommes-oignons et une tarte moutarde-citron. Elle redescend en courant. Elle dépose l’assiette dans les mains du boulanger. Elle dit : « Goûte ! J’attends !
Le boulanger commence par l’éclair. Il trouve ça très bon, ce petit goût de jambon. Les oignons et les pommes, c’est très agréable et la moutarde donne du goût au citron. Il dit ici c’est une boulangerie et le boulanger c’est moi, nom d’un petit bonhomme ! Tous les enfants aiment la pizza. Tout le monde aime le jambon et le chocolat. Le citron et la moutarde.  Tout le monde aime ça, évidemment.

La boulangère dit qu’il ferait mieux d’aller dormir et même, de prendre des vacances. Le boulanger répond qu’il n’a pas du tout sommeil. Qu’il n’a pas besoin de vacances. Qu’il n’a besoin de personne. Qu’on le laisse tranquille dans son laboratoire. Que sans lui, la boulangerie ne serait pas une boulangerie.
Sans lui, il n’y aurait personne pour acheter le pain et les croissants.